Numéro 21 / janvier 2017

Création dans l’autisme et dans la schizophrénie et Conclusion de la journée

Les créations des sujets qu'ils soient schizophrènes ou qu'ils soient autistes sont autant de réponses singulières au réel de la jouissance illimitée. Parfois insolites ou surprenantes, elles sont toujours au-delà de nos horizons de névrosés… Ces sujets puisent dans les affres de leur souffrance et de leur intimité avec le réel, leurs richesses créatives, afin d’inventer un bord au trou : « Le trou, le seul trou qui vaille, la trouvaille1 », nous dit Lacan. Dans ce travail, je vais tenter d’élucider la spécificité de la création chez ces sujets, en fonction de leur rapport à la jouissance (et donc au Réel), au corps (donc à l’Imaginaire) et au langage (soit au Symbolique).

 


1 Lacan J., Le Séminaire, livre XXII, « R.S.I. », leçon du 13 mai 1975, inédit.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 21 de janvier 2017
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter