Numéro 22 / février 2018

La question de la souffrance psychique dans le processus de désinstitutionalisation en Bulgarie

La réforme de la prise en charge des enfants à risque en Bulgarie s’inscrit dans plusieurs logiques.

D'une part, l'adoption de la « Loi sur la protection de l'enfance », depuis 2000, donne une accélération au développement des services sociaux et encourage le partenariat public-privé. La mission de ces nouveaux services, de plus en plus nombreux et variés, est de prévenir et de lutter contre l'exclusion sociale tout en faisant face aux différents défis liés aux problèmes de l'enfant et la famille dans la société moderne.

La rencontre de la psychanalyse appliquée avec le champ de la protection et de l’aide sociale aux enfants et aux familles marque la création de l’Association « Enfant et espace » et démontre une logique différente de l’inclusion sociale – une logique dont le point de départ est le sujet, l’enfant qui se trouve en difficulté dans sa relation avec le langage et avec son propre corps. Cette seconde logique nous a amenés, l’Association « Enfant et espace » et la Société bulgare de psychanalyse lacanienne, à nommer, reconnaître et accompagner la souffrance psychique là où nous la rencontrons – le plus souvent sous l’étiquette d’un diagnostic médical, d’une forme de délinquance et de conflit avec la loi, d'une forme extrême de ségrégation et de marginalisation ethnique.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 22 de février 2018
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter