Numéro 22 / février 2018

Il ne fait pas toujours bon rire !

Dans son livre Si on me touche, je n’existe plus1, Donna Williams, autiste de haut niveau, nous explique que si le rire peut être l’expression du relâchement de la tension et de l’anxiété, il peut également être l’expression de la peur. La clinique au quotidien avec certains jeunes autistes que nous accueillons en institution nous indique aussi que le rire, contre toute attente, peut s’avérer plus ravageant qu’apaisant.


Williams D., Si on me touche, je n’existe plus, Paris, J’ai Lu, 2005, p. 305.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 22 de février 2018
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter