Numéro 22 / février 2018

L’autisme : symptôme ou handicap

Orientée par la psychanalyse depuis plus de vingt ans, je travaille comme psychologue clinicienne dans une institution publique et non spécialisée, accueillant de jeunes enfants qui, pour diverses raisons, sont séparés de leurs parents et placés par le juge. Ce placement n’obéit, en principe, à aucun critère clinique. Notre mission est avant tout d’être un lieu de refuge, un asile pour ces enfants en difficulté familiale.

Or, depuis quinze ans, nous observons que les travailleurs sociaux orientent de préférence vers notre institution – plutôt qu'en famille d'accueil – des enfants décrits comme « particuliers et perturbés » et dont un certain nombre s’avère présenter un état autistique. Nous en déduisons que les professionnels du secteur ont pris acte de la pertinence de notre travail, de l’apaisement produit chez ces enfants, et de leurs progrès en termes d’ouverture au monde extérieur et d’un mieux-être avec leurs parents.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 22 de février 2018
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter