Numéro 11 / mars 2013

Mon stage au Courtil : une rencontre

 

« Je ne sais pas – Je veux savoir »

Troisième année en Faculté de Psychologie, en Argentine (Faculté qui n’est pas orientée par la psychanalyse lacanienne) : la psychose – et surtout la psychose infantile – est une énigme ; dont on ne parle pas ; sauf pour dire « qu’il n’y a rien à faire », et, « surtout pas avec la psychanalyse ». Des enfants psychotiques ? « Les stabiliser », « les médiquer », « les éduquer, les adapter par des méthodes ou techniques comportementales » disent des professeurs…

Beaucoup de questions tournent dans mon esprit alors : qu’est-ce que la psychose ? Le psychotique est-il forcément déficitaire ? Une clinique de la psychose orientée par la psychanalyse est-elle possible ? Comment ? Comment s’adresser à un sujet psychotique ? Est-il nécessaire de l’éduquer pour mieux l’adapter ? Toutes ces questions – entre autres – ont constitué ma motivation pour demander à faire un stage au Courtil. Ne trouvant pas une réponse dans mon université auprès des professeurs, j’avais pensé que cette réponse, j’allais la trouver au Courtil.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 11 de mars 2013
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter