Numéro 11 / mars 2013

Plutôt les Sims que du blabla

Habiller des mannequins et customiser les chevaux sont, dans le monde virtuel, les activités favorites de Léa. Elle crée ses styles. La palette signifiante métaphorique qui constituerait le commentaire, l'analyse de ces styles n'a, elle, pas lieu. Ainsi, après la création d’un mannequin à l'écran, elle lui attribue un style condensé en un ou deux termes, puis elle enchaîne rapidement sur un autre style à composer. Ces nominations de style illustrent la nécessité pou Léa d’écourter le sens. Pas de temps à perdre dans les dédales de la conversation pour se justifier. La nomination doit aller droit au but.

En effet, face à Léa, on est parfois sommé de ne pas l’ouvrir car, selon elle, on ne comprend rien, elle n’a pas besoin de nous, de nos commentaires, parfois même, elle ne nous entend plus. Malgré cet impératif de jouissance qui pourrait consister à se taire radicalement, Léa s'adresse à moi dans le cadre de ce travail. Elle me demande d’accuser réception de ces styles nommés en prenant note.

Un gout pour la typologisation de la vie

C’est sur ce fil transferentiel que j’accepte de simplement valider ou légèrement suggérer une modification dans les choix qu'elle fait, lorsque Léa me mêle à la construction d'une vie dans le jeu vidéo de « simulation de stratégie de vie », les Sims1.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 11 de mars 2013
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter