Numéro 11 / mars 2013

Éric Laurent à Bruxelles : « Les autismes aujourd’hui »

C’est par le biais de l’autisme qu’Éric Laurent met en exergue le continuum de la clinique, tout au long de cette conférence.

Il nous rappelle d’abord à quel point tout fait polémique autour de l’autisme : du diagnostic aux causes en passant par l’usage des objets autistiques. Ainsi, faut-il donc séparer l’autiste de son objet, à l’instar des comportementalistes qui tentent de normaliser son comportement ? Éric Laurent nous invite au contraire à nous appuyer sur cet objet pour agrandir et complexifier le monde du sujet et lui permettre de se construire un savoir particulier, à partir de son intérêt singulier donc. Il en veut pour exemple Temple Grandin et sa « machine à enserrer » qui, conçue avant tout pour border son corps, l’a également intéressée et ouverte à un savoir scolaire plus universel.

Éric Laurent nous met en garde contre la réduction du savoir à un simple apprentissage et au remplacement de la répétition particulière du sujet autiste par une autre, celle du savoir du maître. Car cette répétition chez le sujet, c’est celle de son Un de Jouissance, irréductible, à partir de laquelle peut se construire autre chose.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 11 de mars 2013
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter