Numéro 12 / mai 2013

De l'insulte au nom

Rony participe à l’atelier écriture depuis son arrivée au Courtil, il y a bientôt cinq ans. Cinq années d’un travail assidu auquel il participe, chaque semaine, avec détermination. Il est d’ailleurs toujours le premier, en début d’année scolaire, à me demander quand reprend l’atelier.

Dès son arrivée au Courtil, j’ai proposé à Rony de participer à l’atelier écriture. Il s’y est inscrit et y est venu avec tout son univers peuplé de personnages de jeux et de dessins animés, un univers qu’il partage avec son père passionné par les mangas.

Je présenterai le travail de Rony en cinq temps, dont la durée a été variable.

Temps 1 : Il incarne un personnage

Dans le groupe, Rony est en retrait, il adresse peu de demandes. Il est très souvent seul, occupé à mimer des bagarres tirées de jeux vidéo ou de dessins animés. Son corps est constamment en mouvement, et nous n’entendons que des bruitages. « Je joue mon histoire », dit-il quand on l’interpelle. Il est quasi impossible de l’extraire de « son monde ». Seuls les moments de repas constituent un point d’arrêt. Par ailleurs, il est menacé et persécuté par les autres, particulièrement quand ils prononcent son nom de famille.

Vous n'avez pas encore acquis le numéro Numéro 12 de mai 2013
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez acquérir ce numéro. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles.

Me connecter