Numéro 13 / octobre 2013

Orphée, le dés-abusé

Introduction

L'acte vise le définitif. Selon Jacques-Alain Miller, le passage à l'acte, qui vise le cœur de l'être, la jouissance du sujet, dévoile la nature foncière de l'acte1. Le passage à l'acte indique un écrasement du sujet sur l'objet a, une identification du sujet à son être de déchet. Dans le choix forcé auquel le contraint l'aliénation signifiante, celui d'un « ou je ne pense pas, ou je ne suis pas », il penche du côté du « je ne pense pas »2.

Dans sa thèse de doctorat (1932) puis dans sa communication de 1946 sur la causalité psychique, Lacan souligne que le sujet, dans le cas des meurtres immotivés, ne cherche plus à y tuer son moi ou son surmoi, mais sa maladie, le kakon dont il souffre3. Le kakon est l'objet extime du sujet ; c'est la Chose, das Ding, ce qui lui est à la fois le plus intime et le plus extérieur. Ainsi, l'objet qui est frappé dans la victime est l'être le plus intime du sujet de l’agresseur4. Le sujet identifie en l'Autre son propre kakon, sa jouissance, et cherche à la supprimer.

Le cas que je présenterai ici relève de la typicité de la psychose, le sujet n'ayant pas, jusqu'à présent, réalisé une invention.

 

 


1 Miller, J.–A., « Jacques Lacan : remarques sur son concept de passage à l'acte », in Mental, n°17, Paris, 2006, pp. 17-28.

2 Lacan Jacques., « Compte-rendu de la logique du fantasme », Ornicar ?, n°29, 1984, p. 14, tel que cité in : Maleval, Jean-Claude, « Meurtre immotivé et fonction du passage à l'acte pour le sujet psychotique », Quarto, n°71, Belgique, 2000, pp. 54–64.

3Lacan, J., De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, Paris, Seuil, 1975, p. 302, cité par J.-C. Maleval, « Meurtre immotivé et fonction du passage à l'acte pour le sujet psychotique », op. cit. ; J. Lacan, « Propos sur la causalité psychique », Ecrits, Paris, Seuil, 1966.

4Solano, L., Le crime frappe le cœur de la Chose in Les actes violents et leur logique, traduction M. Frangiadakis, éd. Sakkoula, Athènes, 2009, p. 101.

 

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 13 de octobre 2013
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des numéros. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter