Numéro 14 / février 2014

"La Malédiction" de Hyam Yared

Le livre La Malédiction1 de Hyam Yared, écrivaine et poétesse libanaise francophone m'a orientée vers l'après-Œdipe, du côté de sa descendance, c'est-à-dire vers la belle Antigone et son sacrifice. Hala, jeune femme d'éducation catholique, lutte contre « le refus de la féminité »2, contre la mâle-diction. Elle représente une version contemporaine de l'Atè qui, selon Jacques Lacan dans L'Éthique de la psychanalyse, « désigne la limite que la vie humaine ne saurait trop longtemps franchir. »3 Naître femme dans sa culture est synonyme de faute. Hala est en proie à un Autre maternel qui la « congédie du langage »4 en réprouvant toute tentative de nommer son être de femme : « La Mère souffrait d'automutilation retournée sur autrui. À travers moi, elle punissait son propre sexe. »5 Hala – qui consonne avec le mot arabe Allah, Dieu – signifie littéralement la beauté, voile qui couvre aussi bien qu'il révèle l'atrocité du troumatisme : « elle n'aime pas qu'on la nomme. Elle a l'impression, en épelant la beauté, de prendre part à la marche funèbre d'une fiction. »6

 

 


1  Hyam Yared, La MalédictionSainte-Marguerite-sur-Mer, Édition des Équateurs, 2012.

2 Sigmund Freud, « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin », Résultats, idées, problèmes II, Paris, PUF, 1985, p. 266.

3 Jacques Lacan, Le Séminaire, livre VII, L'éthique de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1986, p.305.

4 Yared H., La Malédiction, op.cit., p.50.

5 ibid.,p. 27.

6 ibid., p.39.

 

Vous n'avez pas encore acquis le numéro Numéro 14 de février 2014
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez acquérir ce numéro. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles.

Me connecter