Numéro 15 / juin 2014

« Le bonheur du phallus », de Nicole Guey

Dans son ouvrage intitulé Le bonheur du phallus1, Nicole Guey retrace l'histoire de l'élaboration du concept de « signifiant phallique » : partant de la découverte de Freud du « primat phallique » sur les organes génitaux, elle en passe par l'élévation au rang de « trésor du signifiant » et aux formules de la sexuation par Lacan dans son retour à Freud, pour finir avec les avancées de Jacques-Alain Miller qui précise ce qu'il en est du « réel de la jouissance » ou encore du fameux « il n'y pas d'Autre de l'Autre ».

Le titre, Le bonheur du phallus, est quelque peu surprenant car selon Lacan, le sujet aux prises avec son désir ne peut s'élever à la dimension d'homme, se réaliser, qu'à en passer par la castration. Une perte de jouissance qui amène à ce qu'un sujet de l'inconscient advienne. Si ce titre est paradoxal, il reflète bien toutefois la complexité du concept car, nous dit Lacan, « c'est qu'il n'y a que le phallus à être heureux – pas le porteur dudit »2.

 


1 Nicole Guey, Le bonheur du phallus, Éditions Lussaud, coll. « L’impensé contemporain/Geb», février 2014.

2Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XVII, L'envers de la psychanalyse, Seuil, Paris, 1991, p. 84.

 

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 15 de juin 2014
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter