Numéro 17 / mars 2015

La recette d’aïoli

Lorsque ce jeune homme est arrivé au Courtil il y a un an, sa position est obséquieuse, position dans laquelle il semble être plongé tout entier, sans une pointe de semblant. Il passe son temps à nous demander si nous voulons de l’aide pour l’une ou l’autre chose, retirant notre manteau pour l’accrocher au porte manteau quand nous franchissons la porte de son groupe de vie. Cette position s’est atténuée au fil du temps. Nous avons très vite remarqué une certaine forme d’horreur que cet aspect policé vient recouvrir. L’an passé, à la période de Noël, lors d’une conversation autour du foie gras, ses propos glissent très vite vers le gavage des oies pour en arriver au gavage des hommes. Nous ne sommes pas en manque d’exemples du genre qui, si nous le laissons parler, virent à une horreur qui laisse l’autre sans mot. Le sens pour lui est directement connecté à son effet réel.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 17 de mars 2015
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter