Numéro 17 / mars 2015

Boyhood

Boyhood, c'est une traversée, celle de Mason, petit funambule de 6 ans qui souffle ses 18 bougies à la fin du film. Mais Boyhood, c'est aussi et peut-être avant tout le projet aussi magique qu'étrange de Richard Linklater, son réalisateur qui a souhaité être au plus près de cette période de l'enfance en filmant les mêmes acteurs durant douze ans. Il célèbre les petits événements éclairs de la vie, la beauté du temps qui passe. Les changements physiques des acteurs ne nous échappent pas et participent à l’intensité de ce film de près de trois heures où l’on ne s’ennuie à aucun moment. La maturation de la voix de Mason en est un exemple très marquant. Cette prouesse cinématographique passe par le désir du réalisateur qui traverse la caméra et vient nous frapper de plein fouet. Il s’agit avant tout d'en faire un parcours vivant, sans en figer l'un ou l'autre moment, le scénario n’étant lui-même pas écrit à l’avance...

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 17 de mars 2015
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter