Numéro 23 / juin 2018

Première séquence

Yves Vanderveken : Puisqu’il nous était proposé comme orientation, essayons de lire les textes de la séquence avec comme boussole le texte de Jacques-Alain Miller, « Enfants violents1 ». Il propose une réponse précise à la question de ce qui fait bord et cadre. Ce qui fonde un bord et un cadre, c’est la précipitation d’un symptôme – au sens où on nous l’entendons dans l’orientation lacanienne.

J’ai donc lu les textes en me demandant, à chaque fois, si chez chaque sujet dont il est question quelque chose relevait du symptôme ou de l’échec de la mise en place d’un symptôme. Si il n’y a pas d’échec ou si l’échec d’une mise en place d’un symptôme n’est pas radical, peut-on quand même faire l’hypothèse qu’il y a une précarité fondamentale du symptôme chez chacun des jeunes que l’on accueille ? S’il y a quand même quelque chose qui permet l’existence, par une modalité de rencontre, d’une causalité minimale – nous fondant sur l’idée que l’absence d’une dimension de causalité signe l’absence de la constitution d’un symptôme, alors intéressons-nous à quel type de modalité il s’agit.

 


1 Miller J.-A, « Enfants violents », Intervention de clôture de la 4ème journée de l’Institut psychanalytique de l’Enfant, Paris, le 18 mars 2017, Après l'enfance, Collection La petite Girafe, Navarin éditeur, n°4, 2017.

Crédit photo : Christoph Kaiser

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 23 de juin 2018
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter