Numéro 23 / juin 2018

Épuiser les corps : Mektoub my love

Mektoub my love : canto uno est le premier volume d'un projet en diptyque, d'Abdellatif Kechiche. L'auteur nous introduit dans un cercle de jeunes adultes qui, au hasard des rencontres, nouent des liens entre eux. Le film s'apparente à un huit clos, dans la ville de Sète, lieu propice à tout les interdits. Dans la lignée de Vénus Noire ou La graine et le mulet, nous retrouvons le travail des corps et de la durée, chère au réalisateur. Comment représenter les corps ? Quelles sont les
limites du montrables ?

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 23 de juin 2018
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter