22 / AUTISME / février 2018

De l’impossible séparation au circuit des ordures

Que ce soit à la maison ou à l'école, ce petit garçon de cinq ans se montre très difficile. Dès son arrivée, Max exprime des difficultés dans les situations de séparation, où il pleure sans discontinuité. Ainsi, à peine est-il dans le groupe qu'il se loge à la fenêtre, pleure à chaudes larmes et réclame sa grand-mère qu'il vient à peine de quitter. Pour l'apaiser, il est nécessaire de le prendre dans les bras ou d'aller faire un tour à l'extérieur avec lui. Néanmoins, l’apaisement est de courte durée. Cette fois, Max refuse de libérer l'intervenant. Il s'agrippe à lui, pleure, se roule par terre, frappe dans les murs et lance des injures comme « putain ».

Un jour où il est collé à la fenêtre et réclame à grands cris sa grand-mère, je m'installe à côté de Max et feuillette un catalogue de jouets. En me regardant tourner les pages, il demande : « quoi ça ? »

Vous n'êtes pas encore abonné au 22 / AUTISME de février 2018
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter