Numéro 7 / octobre 2012

Séquence 2 - Les parents dans le discours des enfants - Partie 1

Thomas Roïc - Introduction à la séquence « Les parents dans le discours des enfants »

 « Mes parents ne sont pas mes vrais parents ; je viens d'une famille royale. Mon père est le plus fort de la Terre ». Autant d'énoncés d'enfants sur leurs parents qui peuvent rebondir dans les cours de récréation. Rapidement, la psychanalyse s'est intéressée à ces romans, aux mythes qui peuplent les pensées du petit d'homme concernant ces premiers autres qui l'ont à charge.

Ces romans familiaux indiquent d'emblée le travail de création qui s'accomplit pour le sujet dans son rapport à ses parents. Des paroles sont prononcées, entendues, répétées mais l'interprétation et l'invention vient du sujet, contribuant parfois au refoulement de motions hostiles à l'égard de ceux qui l'élèvent ou créant les coordonnées d'un point d'où l'enfant se voit aimable. Dans d'autres circonstances, s'y déploie l'ébauche d'un lien morbide et indifférencié, comme la clinique du délire à deux a pu le dévoiler. Dans ce dernier cas, il ne s'agit pas d'un maniement créatif d'éléments signifiants supportant le travail du refoulement de l'amour ou de la haine. Les énoncés des enfants vis-à-vis de leur parents semblent prendre une teinte particulière, indistincte des productions parentales ou essayant de traduire le désir et le manque de l'autre sans le canevas œdipien.

Nous tenterons dans cette séquence de préciser la logique à l’œuvre dans ces énoncés et l'incidence de notre pratique sur ces paroles qui peuvent nous permettent d'approcher les mutations dans la position des enfants que nous accueillons. Apparaissent ici plusieurs modalités de l'autre dans le discours des enfants ou encore plusieurs modalités dudit discours. Nous espérons pouvoir contribuer à les affiner.

 

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 7 de octobre 2012
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter