Numéro 1 / février 2012

Trois versants de la responsabilité

Par quel bout prendre la question de la sanction et du traitement de l’autre ?* Pour tenter d’y répondre, je suis revenue à un questionnement datant des débuts de ma pratique en institution. Je cherchais en effet à saisir, face à une certaine forme « d’insupportable » lors d’une première confrontation au réel d’une clinique extrême, ce qui « dysfonctionnait » soit dans ma façon de travailler, soit dans le dispositif mis en place par l’institution. C’est avec la prise en compte d’un troisième versant, à savoir, la « folie » de l’enfant, qu’un éclairage s’est produit, sans annuler pour autant les deux premiers plans. C’est pourquoi l’idée m’est venue d’envisager la question de la responsabilité sur trois versants : l’intervenant, le jeune et l’institution. Aussi, vais-je explorer dans ce texte trois décisions qui touchent à un niveau différent de la responsabilité même si, d’une façon ou d’une autre, les versants se recoupent.

 
Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 1 de février 2012
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des numéros. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter