Numéro 1 / février 2012

Jean-Claude Milner, Pour une politique des êtres parlants

Après son ouvrage analysant les hautes prétentions de la très contemporaine évaluation, en ce qu’elle a partie liée avec le despotisme des choses qui peuvent « se gouverner elle-mêmes et gouverner les hommes », Jean-Claude Milner prolonge son travail avec son deuxième Court traité politique : Pour une politique des êtres parlants. Le philosophe et linguiste nous y livre quarante paragraphes de réflexion sur le rapport de l’être parlant à la politique, aujourd’hui en Europe, et sur la forme qu’elle prend préférentiellement : celle de la discussion, de la conversation (et non de l’analyse ou de la philosophie politique par exemple). Jean-Claude Milner pose ainsi la question : qu’est-ce qui autorise cette « connexion entre politique et parole », suscitée par la position d’être parlant ?

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 1 de février 2012
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des numéros. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter