18 / LA LANGUE DE L'ENFANT / octobre 2015

De la marionnette du langage au metteur en scène de la jouissance

Dans les Ecrits, Lacan évoque « la possibilité originale »1 que constitue le fantasme fondamental du sujet névrosé. « Le langage lui permet de se considérer comme le machiniste, voire le metteur en scène de toute la capture imaginaire dont il ne serait autrement que la marionnette vivante. » Nous allons tenter d’élucider la logique de l’invention de trois jeunes sujets du Courtil, qui sont devenus metteurs en scène de la jouissance, plutôt que marionnettes du langage…

 


1 Jacques Lacan, « La direction de la cure », Ecrits II, Paris, Points, 1999, p. 114.

 

Vous n'êtes pas encore abonné au 18 / LA LANGUE DE L'ENFANT de octobre 2015
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter