18 / LA LANGUE DE L'ENFANT / octobre 2015

Qu’il serait bon d’être collée

A presque vingt ans, Léa poursuit une scolarité sans faille, prise dans une routine à laquelle rien ne déroge. Or depuis quelques mois, l’arrimage à la scolarité se défait. Elle qui désire être « une majeure comme les autres » ne semble plus pouvoir soutenir cette identification à la bonne élève. Elle rencontre alors un impossible à se rendre à l’école, localisé dans son corps. Ce dernier est comme empêché : « Mon corps me dit que je ne peux plus continuer à aller en classe. Il est lourd. Il dit que je suis en train de le détruire ». Débranchée de la scolarité, la pratique du soin - tant le nettoyage de son corps que celui de sa chambre - prend une valeur infinie, indexant son corps. Ce dernier lui apparaît alors étranger, entravé et énigmatique, se mettant à lui parler.

Qu’est-ce qui est en jeu dans ce débranchement ? Ne vient-il pas s’inscrire dans la rencontre avec ses différents partenaires, partenaires collés dont elle semble absolument captive, Léa apparaît comme engluée dans un amour mort, figé, support d’une identification imaginaire.

Vous n'êtes pas encore abonné au 18 / LA LANGUE DE L'ENFANT de octobre 2015
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter