19 / DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHANALYSE EN INSTITUTION / février 2016

« The Lobster »

Décidément la vision du film The Lobster laisse songeur... En effet, rien n'est fait pour flatter le spectateur. Pas de ressort d'identification : les personnages sont tristes, patauds, ternes, tout comme les paysages d'ailleurs... Colin Farrell, en tant que protagoniste apparaît à cette image : bedonnant. Quel message a voulu nous transmettre le réalisateur du film, Yorgos Lanthimos ?

Dans cette fable où les célibataires se voient contraints (mais n'est-ce pas d'abord une servitude volontaire ? Le film reste délibérément vague sur la question) de trouver l'âme sœur au sein d'un hôtel/institution, les couples apparaissent comme l'exact négatif des célibataires qui « fuient » le système édicté (par qui ? à nouveau aucune réponse ne semble émaner de l'ordre politique). Ni l'un ni l'autre ne sont enviables : d'un côté la masturbation est réprimée, méritant punition telle la classique conception qu'elle viendrait faire obstacle à la rencontre avec l'autre ; de l'autre elle est encouragée et c'est le baiser, la rencontre des corps, qui entraînent châtiment...

Vous n'êtes pas encore abonné au 19 / DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHANALYSE EN INSTITUTION de février 2016
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter