Numéro 10 / février 2013

Le tracé d'un corps

Je suis psychologue dans un institut médico-pédagogique où on ne travaille pas à partir d'un cadre psychanalytique. Ce sont plutôt les idéaux d'éducation, d'adaptation et la resocialisation qui y dominent. La visée étant de les accomplir à partir de quelques techniques comportementalistes, l'expérience intuitive et la bonne volonté de chaque travailleur. Pour ma part, j'essaie d'y introduire une orientation clinique qui s'appuie sur l'éthique de la psychanalyse, en comptant sur l'établissement du transfert.

L'échec de l'éducation

Félix, un garçon de neuf ans, a été admis dans l'institution il y a environ quatre ans en raison d’une agressivité massive envers sa mère. Elle préférait que Félix aille en internat par peur qu’elle lui fasse quelque chose. Mais l'admission de Félix ne va pas de soi. On remarque très vite qu'il ne comprend pas ce que les enseignants et éducateurs veulent de lui. Ils lui demandent de manger « proprement », mais Félix mange le chocolat qui enveloppe le caramel de son Snickers et laisse le reste. Ils lui demandent de « manger tout », mais Félix, la bouche sale, regarde dans le vague. Félix ne se soigne pas, ne donne aucune valeur à son apparence, ne semble pas faire lien avec les autres enfants, et ne se représente que par le silence et l’immobilité.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 10 de février 2013
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter