Numéro 10 / février 2013

Traumaton

Le thème de « l’impossible », du « cas difficile » proposé pour le séminaire clinique au Courtil m’a évoqué un cas. Je l’appellerai le cas Donavan. Converser avec Donavan, occuper une place à ses côtés, faire offre de services, répondre à telle demande ; bref, tout ce qui nous occupe avec les résidents des studios, avec lui a toujours débouché sur une profonde insatisfaction, la sienne, la notre aussi. Notre réponse n’a jamais pu rencontrer sa demande en un point qui aurait fait levier pour ouvrir un peu son existence de jeune homme retiré du monde, claquemuré même.

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 10 de février 2013
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter