20 / LES MÉTAMORPHOSES DE LA PUBERTÉ / juillet 2016

« Est-ce que tu crois que ma mère, elle m’aime ? »

Je souhaiterais à travers ce travail, retracer le parcours de F. et surtout reprendre ses tentatives de mettre des mots sur une jouissance qui l’envahit, une érotisation du lien à l’autre tant sur le mode discursif que corporel. Lorsque ce jeune homme ouvrait la bouche, on était donc souvent dans le registre de l’obscénité. Cependant, au fil du travail, cette parole obscène et les débordements du corps tendent à se pacifier, et notamment via l’écriture.

Vous n'êtes pas encore abonné au 20 / LES MÉTAMORPHOSES DE LA PUBERTÉ de juillet 2016
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter