Numéro 6 / septembre 2012

Chuter à petits pas

Ce texte a été présenté lors de la journée de rentrée du Courtil de septembre 2011, dont le thème était "Lire l'événement."

Arnaud a dix ans. Les raisons pour lesquelles il est entré à la Coursive sont doubles. D’une part, il est mutique, bien qu’il s’exprime parfois par gestes. D’autre part, il passe de périodes d’hyperexcitation à des périodes d’apathie.

Dès son arrivée, Arnaud a exprimé des difficultés tant dans les situations de séparation, où il pleure sans discontinuité, que dans les situations de rencontre, auxquelles il dit « non ». Il semble aspirer à un mode d’existence fixe et rigide rythmé par des habitudes immuables.

Les questions que pose le travail avec Arnaud sont multiples. Tout d’abord, il s’agit de savoir comment se faire partenaire d’Arnaud  qui semble par instant seul ou à d’autres moments envahi par l’autre ? Ensuite, la question est de savoir comment lire les événements qu’il présente sans leur donner trop de sens. En d’autres termes, comment participer à une construction qui crée un jeu entre le signifiant et le corps et qui débouche sur une imaginarisation de la perte ? Pour tenter de répondre à ces questions, je vais reprendre le fil du travail qu’Arnaud réalise avec nous depuis quatre ans. A partir des mouvements allant de la continuité à la discontinuité s’est créé progressivement un espace où « dialectiser » un peu les questions du rapport au corps et au mot.    

Vous n'êtes pas encore abonné au Numéro 6 de septembre 2012
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter