25 / RIRE ET ÉCLATS / juin 2021

Quand le rire (dé)localise

Si chacun a un rapport singulier dans le lien à l’autre, pour certains sujets que nous accueillons au Courtil, le transfert peut prendre une allure érotomane. Le travail devient alors difficile voire parfois impossible. Pourtant, dans les cas que je vais développer, c’est à partir du rire que la dimension érotomane a pu prendre le chemin du transfert permettant un véritable travail.

Vous n'êtes pas encore abonné au 25 / RIRE ET ÉCLATS de juin 2021
et vous ne pouvez consulter qu'une présentation de cet article.

Pour lire cet article dans son intégralité, vous devez utiliser des crédits. Vous aurez alors accès à l'ensemble des articles de ce numéro.

Me connecter